115 - La nationalité, le point de vue de la morale

Publié le par Guy PROUIN

DSC01068-L-.jpg

a nationalité, du point de vue de la morale, dénote l’appartenance à une communauté dont le partage des valeurs est plus important que celui du patrimoine culturel. La puissance protectrice du sentiment de fierté d’être co-propriétaire d’un patrimoine culturel est beaucoup plus faible que celle du sentiment de fraternité qui naît d’un combat commun. Au contraire du sentiment d’une possession patrimoniale partagée, les valeurs orientent les pensées et les actions, des hommes qui les partagent, dans une même direction. Elles les unissent dans un même projet dont l’effort, pour le réaliser, les attache par des liens de fraternité indéfectibles. Les souvenirs nostalgiques des hommes et des femmes qui ont mené courageusement un combat commun expriment le lien puissant qui les unit. Ils sont la preuve qu’au de-là des différences, la cohésion, la confiance et l’intérêt commun uni plus que tout autres facteurs.
   Le bien et le mal n’existent que par le projet qui les fait naître. La plupart des nations civilisées adhèrent à la déclaration des droits de l’homme. Même si cette déclaration reste un peu empirique quant à sa justification, elle indique clairement que l’ultime projet des hommes est celui de la qualité de vie, aujourd’hui et demain, de chacun des membres de son espèce.
   La connaissance de la frontière du bien et du mal et des qualités qui en découlent n’est pas innée, bien qu’elles ne soient pas en contradiction avec l’instinct de conservation. Mais l’efficacité de la protection individuelle exige l’apprentissage du contrat social  qui garantit nos bonnes relations. Cet apprentissage ne peut pas être facultatif et laissé à la responsabilité d’organisations religieuses ou sectaires. Il est de la responsabilité de l’école  républicaine de donner à chacun des enfants de la nation, la même chance d’accéder à l’éducation qu’à celle de l’enseignement. Le ciment de la cohésion nationale est l’unique résultat d’une éducation morale nationale. Un programme politique qui n’évoquerait pas clairement cette question de l’éducation morale ne serait pas crédible.
    L’éducation morale fonde la société future. Elle formate les citoyens en leur donnant les clés qui ouvrent les portes de l’espace de liberté de vie la plus étendue imaginable. Elle attribue aux nations une capacité d’adaptation et une efficacité que seule la cohérence des valeurs partagées peut offrir.

Publié dans Opinion d'un moraliste

Commenter cet article

(Clovis Simard,phD) 28/01/2011 02:06



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-17: L'ARGENT ($) !


l'HOMME ET L'ARGENT ? COMMENT SE COMPORTER ?


Cordialement


Clovis Simard