13 – La communauté d’échange

Publié le par Ya Santal

 La cohésion d’un groupe est scellée par l’objectif commun à ses membres. L’unique finalité de leurs activités crée un ensemble de valeurs cohérentes. Ces valeurs sont les qualités qui contribuent le mieux à la réussite de l’entreprise.
  Dans les sociétés primitives, les hommes étaient essentiellement préoccupés par la survie. Leurs valeurs morales s’exprimaient déjà dans la façon de conduire leurs activités quotidiennes, essentiellement nourricières. L’effort pour être plus rapide, furtif, rusé, courageux, persévérant, solidaire, devait être intuitivement apprécié et admiré à cette époque pour ses conséquences protectrices comme on peut le constater à toutes les époques.
  Au sein d’une même société, la co-existence de populations aux morales spécifiques, du fait de leurs divergences d’intérêts, crée des dissensions dangereuses pour la paix sociale.
Les sociétés dont la morale est fondée sur leur propre existence et leur propre culture et qui les défendent aux dépens de celles des autres trahissent l’espèce humaine.
  Leurs valeurs partisanes en induisant des intérêts fondamentaux opposés à ceux des peuples voisins sont la cause de frictions et l’origine de guerres meurtrières. Les conflits armés engendrent un gaspillage culturelle considérable en opposition avec les lois naturelles qui visent l’économie de moyens pour toutes productions. La perte de compétences par la disparition d’hommes à la formation longue et coûteuse, la dégradation de sites culturels et archéologiques et la destruction d’infrastructures constituent autant d’énergie et d’informations perdues au détriment de la communauté humaine.
  La morale de la vie en définissant les ultimes valeurs qui pérennisent l’espèce humaine situe son rôle à la base de tous les systèmes de valeurs culturelles viables. C’est pourquoi les sociétés multiculturelles ne peuvent vivre en paix qu’en étant uni par cette morale.
  La création de la communauté européenne a été rendue possible par la morale chrétienne partagée par tous ses membres. Son élargissement à des pays musulmans soulève des oppositions qui s’expliquent par les divergences réelles ou supposées entre les morales chrétienne et musulmane. Ces divergences suscitent une suspicion d’hégémonie qui éveille la méfiance. Or la méfiance est un obstacle majeur à des relations fructueuses. Le flou des fondements moraux musulmans amplifiés par la vague intégriste et l’empirisme de la morale occidentale s’opposent à la formation d’une communauté cohérente et pacifique élargie à la culture musulmane.
  Tant que la communauté européenne n’aura pas pris conscience de l’importance de l’adhésion de ses membres à une morale clairement définie et enseignée, le fondement économique de son union restera insuffisant à son dynamisme et son élargissement une décision aventureuse.

Publié dans Les valeurs morales

Commenter cet article