65 - La confiance dans les entreprises

Publié le par Ya Santal

DSC01165.jpg  La diversité et l’étendue des connaissances dans la société moderne contraignent les scientifiques à se spécialiser dans des domaines de plus en plus pointus. La complexité et la sophistication de leur recherche atteignent des niveaux que seul une élite peut aborder.
   Aussi, l’éventuelle nocivité à long terme de leur production pose un réel problème de santé publique. Par quel processus, il sera possible de garantir cette santé publique lorsque les spécialistes eux-mêmes sont divisés sur la réalité du danger. Le recours à l’appréciation démocratique de citoyens ignorants est évidemment une aberration.
   L’organisation de la sécurité dans les sociétés modernes repose sur des organismes de contrôle. Elle atteint aujourd’hui ses limites. En effet, les pouvoirs publics n’ont pas la puissance financière nécessaire pour se doter d’organismes de contrôle efficaces dans tous les domaines de pointe. Leur création et leur fonctionnement exigeraient des investissements comparables à ceux des industries productrices.
  Il paraît inévitable que la sécurité de demain ne reposera plus seulement sur l’efficacité des institutions publiques, mais aussi sur la conscience morale individuelle des chercheurs travaillant dans le privé. Cette responsabilité devrait être institué comme l’est celle des soldats face au respect des droits de l’homme.
   Cette responsabilité pour s’exercer, exige que le droit de s’exprimer sur les doutes d’une production industrielle soit protégés par l’Etat.
   Les entreprises baignent dans la culture de l’argent. La protection de la santé passe parfois après le profit. Les consommateurs le savent et leur confiance dans les entreprises s’atténue au fil des scandales révélés par la médecine. Cette méfiance parfois sans fondement déclenche des réactions violentes dans la panique de l’ignorance.
   L’adhésion des entreprises à la Morale de la vie scellée par une charte formelle ainsi que celle de leurs employés disposant de la liberté de s’exprimer sans risque pour leur carrière, élèverait le niveau de sécurité des productions industrielles.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article