68 - Amour et robot

Publié le par Ya Santal

DSC01100.jpg    L’affection donne à la relation une grande intensité d’échange dont la richesse dépendra de la qualité des partenaires. Ainsi le potentiel d’échange avec un objet, un animal ou un être humain diffère en qualité, en quantité et en diversité.
   Un objet construit par l’homme, quel que soit son niveau de sophistication n’apportera jamais la richesse d’échanges que peut lui offrir un être humain. La plupart des individus établissent naturellement une hiérarchie dans l’amour qu’il prodigue envers les êtres et les choses, conformément au leur potentiel d’échange. Mais avec le développement de l’informatique, cette hiérarchie pourrait ne plus être évident pour tout le monde.
   Les industriels arrivent à fabriquer aujourd’hui, des êtres mécaniques dont l’aspect et les comportements humains font illusions. Il est probable qu’en plus de l’admiration pour leurs compétences sophistiquées, ces robots auront bientôt la capacité de susciter de l’Amour.
   L’amour selon la Morale de la vie est un sentiment qui implique une relation d’échange total  en vue d’une protection absolue de l’être aimé.
  L’amour porté à des objets présente des inconvénients et des risques. Quelle que soit l’intensité amoureuse porter à un objet, les échanges resteront d’une grande pauvreté. Mais le plus grave est certainement le détournement que constitue cette relation d’une énergie protectrice aux dépens des membres de l’espèce humaine. Cette compétition affective avec des objets est une véritable trahison de l’espèce humaine. Dispenser son amour à un objet revient à gaspiller une énergie protectrice et créatrice précieuse aux dépens de l’espèce humaine.
   Pour éviter cette trahison, les industriels devraient s’interdire de créer des objets dont l’apparence et la personnalité humaines tromperaient le cœur de leur utilisateur.
   La fascination qu’éprouve l’homme à vouloir reproduire des êtres à son image pourrait bien un jour lui faire perdre sa liberté.
   La volonté d’attribuer des comportements humains à des robots conduit à les doter d’une autonomie toujours plus grande. Or l’un des principes de l’autonomie est l’auto protection. Un organisme autonome par définition cherche à réunir les conditions pour durer. Des robots auto éducables pourraient un jour être capable de créer un état de dépendance de l’homme afin d’assurer par un chantage implicite leur propre existence.
  L’homme n’a aucun intérêt à se créer des concurrents. Leur aspect et leur ressemblance mentale pourrait finir par nous tromper et nous éloigner de la Morale de la vie dont le sens  est notre protection. Toutes les œuvres humaines, sans exception, sont destinés directement ou indirectement à protéger l’individu. Des robots capables de capitaliser l’énergie protectrice risqueraient d’abuser l’homme et de l’entraîner sur le chemin de la soumission. L’homme ne peut laisser à des objets la maîtrise de son destin.
    Si aujourd’hui, la liberté n’est qu’une soumission à la puissance de l’argent, demain à cause de la vénalité et de la vanité de produire des êtres semblables à l’homme, cette liberté pourrait bien être aussi à la merci de l’intelligence artificielle.
    Le détournement de l’amour en dehors de l’espèce humaine prive ses membres d’une protection vitale et hypothèque son avenir.

Publié dans Amour et sexualité

Commenter cet article