82 – Matriarcat

Publié le par Ya Santal

 DSC01469.jpg    La tendance vers l’évolution matriarcale des sociétés n’est pas un signe aussi positif qu’on pourrait le penser.
   En effet, rien ne laisse supposer qu’il s’agit d’un courant tendant vers le rééquilibrage du pouvoir des femmes sur celui des hommes.
   La fonction représentative au plus haut niveau du pouvoir politique est lié au peuple autant par une relation affective et caractérielle que par une communauté d’idée.
   La représentation du père avec les qualités qu’on lui prête se cache souvent derrière cette fonction suprême.
   Le rejet du père au profit d’une représentation maternelle peut signifier un rejet de ces qualités de protecteur d’inventeur et de conquérant.
  La déception et la peur du monde d’aujourd’hui, sans qu’aucune perspective satisfaisante ne vienne les atténuer, semble provoquer chez les adultes le même phénomène psychologique qui pousse les enfants effrayés par l’inconnu et la nouveauté, à se jeter dans les jupons de leur mère.
   Cette réflexion n’est pas une attaque dirigée vers la femme dont l’égalité de droit et de compétence avec les hommes est reconnue. Elle met simplement en évidence l’absence, dans la classe politique, de théories fondamentales, de stratégies crédibles de changement. Cette carence initie des programmes de gestion quotidienne sans perspective qu’ils soient défendus par des hommes ou des femmes.
   Tant que les programmes politiques ne s’inscriront pas dans une stratégie globale d’évolution du libéralisme, tout espoir d’amélioration de la vie quotidienne du citoyen sera vain. Face au libéralisme, les femmes et les hommes politiques qui ne seront pas des stratèges, mais de simples gestionnaires susciteront l’indifférence des électeurs ou le vain espoir d’un avenir meilleur par le simplement changement de sexe de leur gouvernant. L’application de leurs programmes ne sera qu’une soumission sans malice à la rigueur et à la cohérence des règles du libéralisme sauvage.

Publié dans La politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article