92 - L’effet de masse

Publié le par Ya Santal

DSC01471.jpg    Parallèlement à une stratégie pour une évolution national limitée par la mondialisation, il conviendrait de mettre en œuvre une stratégie internationale en vue d’améliorer les règles de fonctionnement du moteur économique libéral.
   Les résultats laborieux et peu significatifs eu égard aux moyens mis en œuvre par les organisations nationales et internationales  pour améliorer le sort des défavorisés démontrent la faillite d’une méthode d’évolution qui ne touche pas au fondement de la culture de l’argent.
   L’enseignement et l’éducation de la Morale de la vie est la seule voie efficace pour conduire l’évolution de la culture de l’argent vers la Culture de la vie.
   L’intériorisation de nouvelles valeurs produirait une nouvelle culture à l’exemple des grandes cultures qui ont marqué l’histoire. Elles ont émergé de vieilles cultures dans lesquelles une nouvelle philosophie réorientait le sens donné à la vie. Cette nouvelle morale s’est propagée par la séduction qu’elle a exercée. En gagnant des régions entières, l’effet de masse a multiplié son pouvoir de séduction. C’est la voie que nous devons suivre pour réformer le monde.
   L’adoption des droits de l’homme a orienté l’humanité en direction de la Culture de la vie. Les Etats Européens en s’organisant au sein d’une Europe unie sur des relations de rapports d’intérêt mutuel ont progressé dans cette voie en démontrant qu’il existe une autre voie que celle du rapport de force. Leur exemple est suivi avec attention par de nombreuses nations dont certaines ont déjà exprimé leur attirance, séduites par la culture naissante de ce pôle. 
   Toutefois, ce modèle qui repose essentiellement sur des intérêts économiques offrira un véritable renouveau culturel lorsque les Européens abandonneront l’empirisme de leur démarche. En adoptant la Morale de la vie, ils disposeraient d’une rationalité capable de générer une nouvelle culture concurrente à celle de la culture de l’argent dont la force tient dans sa rationalité.
    Ce nouveau modèle émergera dès lors que l’adhésion des citoyens au fondement de la Morale de la vie légitimera les pouvoirs publics à introduire son enseignement à l’école et à exiger des nouveaux venus sur le territoire national, leur adhésion sans réserve à ce fondement. Les prédicateurs, les sectes, les immigrés, les sociétés commerciales devraient prêter serment que la finalité de leurs activités respecte la vie humaine et les valeurs qui en découlent.
  Ce fondement enseigné dans toute la communauté Européenne donnerait un sens commun à toutes ses activités. Il engagerait sa Culture vers une évolution pacifique dans la diversité. Ce projet Culturel commun insufflerait à l’Europe l’âme qui lui fait défaut aujourd’hui.
  L’adhésion unanime à la Morale de la vie serait le début d’une grande aventure communautaire. La construction d’une nouvelle Culture unirait les Européens dans un effort d’invention dans tous les domaines, qu’ils soient économiques, financiers, sociaux et culturels.
  La dimension et le poids économiques de cette communauté produiraient un effet de masse dont l’attraction concurrencerait l’influence américaine. Cet effet donnerait aux propositions Européennes tendant à réduire les nuisances du libéralisme, un poids incontournable sur la scène internationale.
  Cette nouvelle Culture réduirait les foyers de violence en privant les mouvements mystiques des membres  indécis attirés par l’espérance que susciterait l’exemple européen.
  En revanche, si l’Europe négligeait cette voie, l’Amérique ou d’autres régions pourraient se lancer dans cette compétition pacifique. Grâce aux atouts propres à leurs traditions, elles deviendraient les pôles culturels de demain. Alors l’Europe, terrain de luttes nationalistes, empêtrée dans ses divisions, entravée par la rigidité de son organisation, incapable de se positionner moralement dans un projet réaliste face au libéralisme sauvage, pourrait ne rester qu’un supermarché sous l’influence culturelle de communautés plus dynamiques, et poursuivant sa dérive culturelle verrait un destin historique lui échapper.

Commenter cet article