Morale laïque en 9 leçons. 2ème leçon : Qualités morales et vertus (7mn)

Publié le par Guy PROUIN

 


 

     Nous avons vu lors de la 1e leçon, l’origine du bien et du mal ainsi que la différence entre l’éthique et la morale.

Nous savons maintenant que le projet de la morale laïque est de protéger la vie humaine. Nous allons voir, qu’en précisant ce qu’est la vie et en particulier celle de l’être humain, nous avancerons dans la compréhension de la morale en découvrant ce que sont : les qualités morales et les vertus.

Tout d’abord, qu’est-ce que la vie par rapport aux minéraux ?

Quand on cherche à savoir ce qui diffère des minéraux de la vie, on découvre que les minéraux existent après des échanges électrochimiques tandis que la vie biologique existe tant que ses échanges se poursuivent. Sans échange : point de vie. Si la préservation de la vie humaine est le projet moral, alors la morale sera la science des échanges biologiques et culturels en vue de leur préservation.

Regardons de plus près ces échanges.

Les échanges sont des flux et comme tous les flux, on peut les caractériser par leur sens (leur direction), leur vitesse, leur débit, leur contenu et leur qualité. Dans la culture, les flux sont de nature informationnelle, même lorsqu'ils se matérialisent par des échanges physiques. Si la vie dépend de ces flux, alors, ils seront les vecteurs des qualités menant à la réussite du projet moral.

    Ainsi : Le sens du flux définit sa direction entrante ou sortante. Dans la culture, on donne et l’on reçoit. Le sens des flux participe à l’équité et s’adapte en fonction des nécessités.

La vitesse des flux correspond à la réactivité de la réponse à un besoin. Si vous manquez  d’affection et qu’on vous comble sans attendre, le spectre de la déprime s’éloigne et ses nuisances pour la santé avec lui.

Le débit des flux par son importance préserve de la pénurie. Ainsi la disponibilité de la mère entoure son bébé de toutes ses attentions de sorte qu’il ne manque de rien.

La diversité des contenus des flux apporte des réponses aux besoins les plus spécifiques. Les personnes cultivées, expérimentées ou spécialisées sont en mesure d’apporter des réponses aussi inattendues qu’adaptées à l’entourage.

Grâce à la mise en évidence des flux, on va pouvoir définir la qualité morale.

Lorsqu’un échange contribue au succès d’un projet, on attribue son efficacité à sa qualité. On appellera donc qualité morale, une qualité d’échange qui participe à la réussite de l’ultime projet.

Voici quelques exemples de qualité qui deviennent morales quand les conséquences de l’échange protègent directement ou indirectement la vie humaine. Ainsi :

L’humilité fait passer le contenu de l’échange avant la personnalité de l’auteur. Elle améliore l’efficacité de l’échange.

L’espérance ou la foi stimule l’échange qui contribue à réaliser son objet. Elle fait aller de l’avant et multiplie les échanges qui durent tant que cette espérance est vive.

Le sens des responsabilités suscite la confiance en retour. Il attire les partenaires et avec eux les occasions d’échange.

La confiance entre les hommes crée les conditions pour que leurs échanges soient productifs.

La confiance en la nature, génère une sérénité qui crée les conditions pour que dans le corps, les échanges biologiques et mentaux se réalisent en pleine harmonie avec la pulsion de vie.

La tolérance est le sacrifice d’une portion de liberté au profit d’un ignorant. Elle lui donne l’opportunité après un rappel des règles, de vérifier par l’expérimentation, les inconvénients de l’erreur. La tolérance est un outil pédagogique qui participe à l’amélioration de la qualité des échanges. Mais la tolérance ne doit pas être confondu avec la permissivité. Avec un comportement permissif, la personne ferme les yeux sur les comportements nuisibles et peut être accusée de complicité passive.

La compassion est une sensibilité aiguisée qui invite à partager les maux d’autrui ressentis comme s’ils étaient les nôtres. Cette émotion facilite un échange adapté pour soulager. Ce soulagement a pour conséquence d’améliorer la capacité d’échange de la personne en difficulté pour un profit partagé.

La générosité ou l’abnégation est un don de soi en faveur d’un projet. Elle permet des échanges soutenus et puissants.

La curiosité renouvelle la source des échanges.

Cette liste n’est pas exhaustive. Elle nous fait comprendre combien la qualité des échanges est essentielle à l’efficacité des actions entreprises pour réussir le projet moral.

Nous venons de définir rationnellement les qualités morales. Peut-on aussi définir rationnellement les vertus morales.

Et bien oui. 

En effet, si on observe les qualités morales on découvre que certaines d'entre elles se distinguent par un point commun qui leur confère un statut particulier.

Ce point commun est leur fonction de pérennisation de l’échange. La vertu est la qualité qui préserve l’existence même de l’échange. Sans échange, les qualités morales n’ont pas d’existence. C’est pourquoi les vertus en préservant l’échange se situent, au sommet des qualités morales car elle prime sur toutes les autres. Ce que la tradition a coutume de nommer vertus cardinales, sont en réalité les qualités morales qui pérennisent les échanges en les protégeant.

Voici les quatre vertus cardinales redéfinies selon la morale laïque :

Le courage donne l’énergie pour affronter les difficultés qui s’opposent à un échange.

La justice veille à l’équité des échanges sans laquelle leur pérennité est compromise. Leur déséquilibre fait naître un ressentiment dangereux envers le profiteur. Le partenaire lésé finit par précipiter la fin des échanges.

La prudence évite les comportements dont les conséquences malheureuses mettraient fin aux échanges.

La tempérance veille à l’équilibre entre le temps et l’énergie à dépenser pour les plaisirs et ceux qui sont à consacrer aux efforts quotidiens pour vivre. Elle maintient une bonne santé physique et mentale et contribue à la sécurité matérielle, sans lesquelles les échanges de qualité et en quantité ne peuvent exister dans la durée.

Nous venons de mettre en évidence que la morale est la science des échanges en vue de protéger la vie humaine. Nous savons maintenant que les qualités morales sont les qualités des échanges qui conduisent vers le succès de l’ultime projet. Nous savons aussi que les vertus cardinales sont rationnellement définies par leur fonction de pérennisation des échanges.

Au cours de la 3ème leçon nous préciserons, toujours rationnellement, les meilleures conditions pour que les qualités morales puissent agir avec un maximum d’efficacité.

En attendant, mobilisez vous pour que la morale laïque devienne la norme morale dans l’éducation.

Soyez heureux car c’est bon pour la santé.

Commenter cet article