MORALE LAÏQUE en 9 leçons. 6ème lmeçon : MORALE ET COHÉSION SOCIALE (4mn)

Publié le par Guy PROUIN

 


 

Nous avons vu dans la première leçon que la volonté de préserver notre propre vie est l’expression de l’instinct de conservation. C’est pourquoi l’ultime fondement de la morale de la vie est individualiste car elle tire son énergie de l’instinct de survie individuelle. Mais, parce que l’homme est intelligent, il a compris que sa vie serait mieux préservée s’il passait un contrat de non-agression et de protection réciproque avec ses congénères.

Au cours de l’histoire, l’efficacité de la solidarité et de la socialisation, par le jeu de la sélection naturelle, a préservé les individus et les sociétés qui ont su instaurer une sécurité réciproque. La meilleure protection de chacun fut certainement le facteur sélectif déterminant des grandes religions dont le système de valeurs était altruiste.

Dans le cerveau, probablement à la suite d’une évolution biologique et culturelle simultanée, se sont créées des régions spécialisées dans la production d’émotions, mis en évidence par les scientifiques, et qui concourt à la vie sociale. En répondant à un besoin ou à un plaisir d’un congénère, l’individu crée la possibilité d’une réciprocité. La perception de l’altruisme par les autres membres suscite leur reconnaissance ce qui renforce le sentiment d’appartenance. Cette appartenance est ressentie comme un besoin vital pour l’individu au point qu’il est prêt à en payer le prix. Sa crainte d’être rejeté hors du groupe, est justifiée par la peur d’être condamné à la solitude face au plaisir et au danger. Il sait que les nuisances envers le groupe comme la trahison et les mensonges lui font prendre le risque du rejet. Avec le temps, la sélection naturelle a fait évoluer le cerveau si bien qu’aujourd’hui, l’idée de l’exclusion, stimule, d’une façon plus ou moins intense selon l’éducation, une de ses régions qui fait éprouver un sentiment d’angoisse insupportable. Le rejet de cette angoisse concourt naturellement à l’émergence de la solidarité dont la mise en œuvre crée un sentiment de bien être.

Ainsi, la morale de la vie dont le projet est la protection individuelle et collective de la vie humaine est bien en accord avec la finalité génétique de cette espèce. La morale de la vie ou la morale laïque  apparaît comme une extension des lois de la biologie. Par le jeu de la protection de chaque individu, la morale protège l’espèce à l’instar des lois biologiques. Elle inscrit son action dans le même sens que celui de l’évolution de la biologie qui est la durée.

Mais la morale Laïque pour être pleinement efficace doit se vivre dans une société cohérente. La cohésion d’une société est scellée par l’objectif commun à ses membres. L’ultime finalité de leurs activités et de leurs comportements crée un ensemble de valeurs cohérentes, dont l’adhésion partagée contribue efficacement à la réussite du projet. Si la survie de l’espèce humaine par la sécurité et le confort de chaque individu est le projet commun, la cohérence des valeurs morales définies par ce projet induira des comportements communs efficaces pour sa réussite.

En revanche, au sein d’une même société, la co-existence de communautés aux morales spécifiques crée des dissensions en proportion des divergences de leur ultime projet et par conséquent des valeurs qui en découlent.

La société humaine exige l’adhésion à un ultime projet commun sans laquelle l’incohérence des valeurs et leur contradiction sont des obstacles à la paix et à l’efficacité de son fonctionnement. La morale laïque est la morale de la vie. Elle est la morale universelle. Son projet peut rassembler tous les êtres humains car tout homme veut vivre, que ses enfants vivent ainsi que toute sa descendance. La morale laïque est la plateforme culturelle sur laquelle peuvent cohabiter dans la paix toutes les religions, toutes les cultures qui respectent la vie humaine.

 

Au cours de la prochaine leçon, nous aborderons la question du sens moral et de son rapport avec la culture.

En attendant, mobilisez vous pour que la morale laïque devienne la norme morale dans l’éducation. Soyez heureux car c’est bon pour la santé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article