RECOMPENSE DU TALENT OU DE L'EFFORT MORAL

Publié le par Guy PROUIN

 

01044-L-3-.jpg

La société en récompensant le talent plutôt que l'effort moral se tourne vers le déclin. Le talent est le fruit d'une conjonction d'un terrain génétique favorable et d'un travail pour le développer, tandis que l’effort moral s’apprend dans l’enfance et vise à préserver l’espèce humaine en préservant chaque vie. Si le hasard de la génétique est récompensé plus que l’éducation, on crée, dans une société à l'économie libérale sauvage, une hiérarchie eugénique composé des plus talentueux dans la capacité à produire du profit et qui dispose de la richesse et par conséquent de l'essentiel du pouvoir. La similitude de cette sélection naturelle avec celle décrite par Darwin, la légitime aux yeux  de ceux qui considèrent les lois de la nature comme la référence. Ces naturalistes sont plus disposés à défendre leurs intérêts que d'observer le fonctionnement de la société avec la neutralité du regard d’un homme de science. Ils estiment que la nature (la biologie) et la culture (produit de l'apprentissage) poursuivant la même finalité qui est de pérenniser l'espèce humaine doivent forcément obéir aux mêmes lois.

L'erreur qu'ils commettent repose sur l'idée simpliste que les qualités fonctionnelles du cerveau sont les seuls garants de la pérennité de l'espèce humaine. Or l'histoire nous démontre combien cette allégation est fausse. Le talent et le génie des chefs militaires et des despotes ou même aujourd'hui de certains responsables de multinationales a produit plus de désastres que de bienfaits. Il apparait clairement que les progrès favorisant la préservation de l'espèce sont apparus là où se trouvait la volonté de cette préservation et non le talent à produire de la richesse.

La motivation qui alimente la volonté morale tire sa source de l'éducation plus que de la génétique.

L'effort de chacun  pour préserver la communauté selon ses capacités est nécessaire et indispensable. L'effort du boulanger pour faire un bon pain craquant protègera ses client en renforçant leur désir de vivre par le plaisir qu’il leur donne. Le chimiste mu par la volonté de produire un médicament efficace sans effet nuisible secondaire participe à la protection mieux qu'avec un médicament générant un profit énorme sans effet tangible.

Quand on voit aujourd'hui, couramment, des nouveaux riches, dépenser un million d'Euro uniquement pour fêter un mariage ou quelques centaines de milliers d'Euro pour fêter l'anniversaire d'un enfant, alors que dans le même temps, en d'autres lieux, des hommes et des femmes, dans un effort considérables de volonté de vivre, fouillent des poubelles  pour trier ce qui pourra leur permettre de manger, il apparait clairement que le profit concentré entre les mains de quelques talentueux managers avides et incultes, voit sa fonction protectrice dégénérer dans le gaspillage.

Le riche dépensier produit-il plus d'effort et d'énergie chaque jour que le pauvre ou  l'ouvrier dont le travail va générer un profit mal partagé et dilapidé ?

Les conséquences d'une société qui ne récompense que le malin habile à faire du profit pour le profit sont désastreuses. Le gaspillage, le pillage des ressources non renouvelables, la pollution et la violence engendrée par l'injustice du à un mauvais partage des profits entre talent et effort moral, sont le résultat d’individu talentueux mais libre de toute entrave morale, incapable d’exercer avec responsabilité le pouvoir sur le monde que leur confère l’argent.

Les campagnes publicitaires éducatives, les colloques et les émissions d'informations sont utiles pour élever le niveau de conscience des populations mais ils sont d'une efficacité incomparablement inférieur à celle que peut avoir l'éducation dés le plus jeune âge. Tôt, l'enfant apprendra la morale comme on assimile une langue. Il l'appliquera avec plus facilité qu'un adulte découvrant tardivement son intérêt.

Malheureusement, en France, seules les conditions de l'instruction ne préoccupent les réformateurs de l'éducation nationales". Ils chipotent sur la durée des vacances, les jours de travail, les horaires, des questions certes importantes, mais bien moins que la formation humaine qui est évincée. L'apprentissage de la morale laïque (la morale de la vie) indispensable pour assurer la pérennité de l'espèce est hors sujet des préoccupations de nos élites bien que quelques petits progrès aient été voté au parlement ces dernies temps.

Baignés dans la culture de l'argent, faute d'alternative, les enfants assimilent ses valeurs. Demain, ils se conduiront comme tous ces nouveaux riches irresponsables.

L’éducation morale a forgé les sociétés et les civilisations. Rappelons-nous que l’élévation du niveau de vie de milliards de gens a commencé avec le capitalisme dont les fondateurs étaient mu par une volonté de réussite matérielle. Weber nous a appris que le protestantisme fut à l'origine de cette volonté. L'éducation protestante a appris à ces entrepreneurs le goût de l'ascèse et de l'investissement productif. De cette volonté morale a surgit un système économique, certes imparfait, mais qui a sorti de la misère tant de gens. La motivation qui suscite la volonté nait de l’éducation et ait confirmé par un bon enseignement moral.

En récompensant le talent plus que l’effort en l’absence d’éducation morale les instincts primitifs dominent les comportements. La jouissance égoïste sans limite des profiteurs entraine gaspillage et injustice. La friche morale de ces nouveaux riches, indument récompensés, conduit l'humanité vers la pénurie et la violence.

Publié dans Opinion d'un moraliste

Commenter cet article

medical billing and coding 19/09/2014 08:34

It is not the talent of the men, which is going to determine the future of the world. Nothing could be more dangerous than a talented individual with a cruel mind. So it is obvious that the moral effort is better than talent.

clovis simard 21/06/2013 22:01


DU TALENT UNIVERSEL.fermaton.over-blog.com