Réponse à Tahar Ben Jelloun - Égypte la mort en direct

Publié le par Guy PROUIN

La théorie de Monsieur Tahar est contestable. Il désigne, dans les pays arabes, les dictatures successives comme étant le « terreau de toutes les barbaries ». Certes la violence engendre la violence. Les dictatures brutales alimentent la violence en réponse. Mais il semble oublier de se poser la question de l’origine de ces dictatures. La généralisation des pouvoirs forts dans les pays arabes a répondu à une exigence d’ordre public délétère depuis 1 000 ans sur les terres musulmanes. Le problème des pays musulmans est leur culture dont le déclin et la dégénérescence ont commencé après l’imposition, par la violence, du dogme du Coran incréé. Cette décision a sclérosé cette culture au contraire de la culture chrétienne qui avait bien besoin d’évoluer aussi. La dégénérescence des valeurs a produit des sociétés musulmanes anarchiques, pilleuses et esclavagistes. L’absence d’une bonne éducation morale d’un peuple conduit au désordre et son ultime parade est le pouvoir fort. Et comme les nouveaux maîtres manquent d’éducation, ils n’utilisent pas leur pouvoir pour réorienter la culture populaire. Le peuvent-ils ? Ce serait la voie la plus directe pour civiliser un peuple. Est-elle réaliste ? La culture a besoin de temps pour évoluer. La sagesse voudrait peut-être qu’on accepte que la démocratie conduise à l’instauration d’une théocratie sous la pression des frères musulmans. L'échec, finalement, convertirait le peuple à copier le choix occidental de la laïcité. Cette hypothèse semble avoir été confirmée par l’exemple tunisien. La dictature qu’elle a vaincue ne l’a pas entraînée dans le cycle de la violence, ce qui contredit la théorie de Monsieur Tahar. Le niveau d’éducation moral des Tunisiens grâce au métissage culturel plutôt réussi de la colonisation explique, la bonne évolution politique de ce pays. En revanche, dans les pays très dégradés culturellement, peut-on vraiment croire qu'une dictature religieuse ou l’anarchie est préférable à une dictature militaire, ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article