LE CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN

Publié le par Guy PROUIN

Le conflit israélo-palestinien, au départ, est un conflit entre la légalité et la légitimité

Israël a été créé en 1947 par l’adoption de la résolution 181 par l’Assemblée générale des Nations unies. C’est un État dont l’existence est légale. En revanche, cette création s’est effectuée au détriment des Arabes palestiniens qui n’ont jamais accepté la perte d’une partie de leur territoire. Ce refus s’est traduit par des guerres qu’ils ont perdues ce qui a permis aux Israéliens d’élargir leurs frontières. En général, mon cœur me fait pencher du côté de la légitimité. Dans ce cas présent, un peu à contrecœur, je suis du côté d’Israël.

Quelle est la situation actuelle. Après 69 ans d’existence, Israël est devenu un État puissant, moderne, et civilisé bien qu’il existe en son sein des communautés fanatiques, mais plutôt marginales. En face, la société palestinienne a mené une stratégie qui l’a conduit à la ruine, gouvernée par des islamistes aussi stupides que sanguinaires. Une erreur, ils se sont opposés frontalement à un adversaire mille fois plus fort qu’eux. Quand on est faible, on ruse et pour ruser, il faut mettre en œuvre de multiples qualités que la culture arabe en déclin depuis mille ans ne permet pas. Deuxième erreur, ils n’ont pas compris que finalement, l’existence d’un pays dynamique aux qualités occidentales pouvait être une chance à cette région aujourd’hui à l’agonie. La reconnaissance d’Israël aurait permis des échanges économiques et culturels tout en rendant impossible l’extension d’Israël. Les nationalistes oublient que la raison de l’existence d’une nation est le bien-être du peuple. Les nationalistes font l’inverse, ils sacrifient le peuple pour un territoire. Évidemment, on peut reprocher à Israël d’utiliser ce conflit pour légitimer son emprise sur les territoires par l’implantation de colonies. Les erreurs palestiniennes ont rendu aveugles les Israéliens aux efforts de paix par certains présidents des deux camps. Aujourd’hui, je crois que les jeux sont faits. Le conflit durera jusqu’à ce qu’Israël se soit approprié tout Jérusalem. Face aux islamistes, je préfère voir gagner un peuple civilisé même s’il est un peu roublard dans ce conflit.

Publié dans Morale Politique

Commenter cet article

guy Prouin 16/01/2017 11:15

impossible d'être du côté des islamistes, quelque soit leur légitimé

Alain P. 23/07/2016 13:14

"roublard " le mot est vraiment trop faible !
il ne faut pas oublier les 2 guerres faites au Liban qui ont conduit à sa quasi destruction alors que ce magnifique pays n'avait aucune responsabilité dans la guerre de leurs voisins.
L'intransigeance et l'expansionnisme d’Israël ont provoqué la résistance palestinienne qui a conduit à l'usage des prises d'otages et d'attentats, à la haine. On en paie le prix maintenant partout dans le monde.