64 - La confiance en soi

Publié le par Ya Santal

DSC01068.jpg    La confiance en soi crée les conditions pour que les échanges biologiques et psychologiques se réalisent au mieux des intérêts de la personne.
   Les émotions comme la peur, l’angoisse et le stress perturbent la santé et l’activité mentale. Ils coupent l’appétit et le sommeil, troublent le transit intestinal, nuisent à la pertinence des décisions et d’une façon générale perturbent le fonctionnement de l’individu qui soudain est moins adaptable aux situations particulières de la vie.
   Pourtant il est incontestable que la capacité de ressentir ces émotions est indispensable à la protection de soi. Grâce à elles, l’individu est alerté d’un danger ou d’une situation inacceptable. Elles lui permettent de réagir et trouver des solutions pour échapper à la souffrance ou aux risques, à la condition évidemment que ces émotions ne le paralysent pas.
   Une peur excessive surgit en l’absence de la confiance sans laquelle l’individu ne peut garder la tête froide et faire preuve de la maîtrise nécessaire face à l’adversité.
   La confiance en soi est une qualité qui s’acquière par l’apprentissage.
   La confiance en soi s’appuie sur des certitudes. Souvent, la foi mystique suffit à apporter ces certitudes qui permettent de traverser la vie dans la sérénité. Mais la foi est une voie dangereuse pour le naïf. Elle conduit souvent à des comportements insensés. Aussi, le recours à la raison avec ses arguments rationnels est une garantie pour que la confiance reste dans les limites protectrices.
   La sélection naturelle a produit des êtres vivants dont le fonctionnement est organisé pour survivre naturellement dans les pires conditions. Si rien n’entrave le fonctionnement des organismes vivants, leurs programmes internes, du fait de leurs qualités acquises pour protéger la vie, s’appliquent au mieux pour remplir leur fonction de défense et d’adaptation, biologique ou mentale. L’autonomie de ce fonctionnement apparaît comme la condition de son efficacité.
   La confiance dans l’organisation biologique génère une sérénité qui assure son efficacité par l’autonomie de son fonctionnement.
   Ce détachement des influences du mental permet au fonctionnement biologique et psychique d’atteindre les limites de leurs performances protectrices.
   L’effet placebo reconnu par les scientifiques en est une preuve. La confiance dans un médicament placebo ou dans une eau miraculeuse, libère parfois des énergies internes, étonnantes par leurs effets bienfaisants.
   La confiance dans un gris-gris assure au subconscient une sérénité qui épanouit son potentiel en suscitant à l’insu du croyant des comportements protecteurs.
   Mais la meilleure protection de soi est assurée par la confiance en soi, sans intermédiaire, car elle libère de la dépendance d’objets qui ne sont pas indispensables et qui, s’ils viennent à manquer, provoquent les nuisances de la panique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article