62 - Le rituel

Publié le par Ya Santal

DSC01065.jpg     Le rituel laïque est une cérémonie au cours de laquelle se conclut un pacte entre l’initié et la communauté. L’initié se présente avec le souhait d’être à l’avenir considéré différemment. La communauté l’accueille en l’informant des nouveaux privilèges et des devoirs que lui confère son nouveau statut. L’adhésion de l’initié au pacte et son acceptation par la communauté est le moment fort où le nouvel initié prend une nouvelle place dans la confiance et la reconnaissance des adultes, conscient des valeurs de protection dont il est porteur.
   Dans nos sociétés modernes, les rituels qui, autrefois, rythmaient la vie ont pratiquement disparu. La naissance, le mariage, les funérailles font encore l’objet de cérémonies dont le caractère festif ou stéréotypé  l’emporte sur le sens de la transition. La réussite des examens marquants, comme le bac, ou le permis de conduire et les dates clés comme le passage à l’age adulte, sont davantage l’occasion d’un copieux arrosage que la prise de conscience de responsabilités nouvelles.
   Le rituel dont la fonction première est l’intégration de l’individu dans le groupe ou la société est un acte symbolique dont nul groupe humain ne peut se passer. Il fait partie d’un ensemble de symboles qui constituent le langage social de la reconnaissance.
   La pulsion de vie pousse l’homme à appartenir à une communauté sans laquelle les échanges nécessaires à son épanouissement sont impossibles. Toutes les sociétés pour exister ont inventé des rituels constitués de signes et de cérémonies pour consacrer l’appartenance des membres. Chacun de ces rituels signale l’appartenance à un groupe précis. Ainsi le « salut » affirme l’appartenance des personnes qui se rencontrent à une large communauté pacifique et amicale. La remise d’un badge fait entrer son nouveau porteur  dans  un cercle culturel, sportif ou professionnel dans lequel il jouira de droits et de devoirs particuliers.
   Nos sociétés modernes ont délaissé le pouvoir intégrateur du rituel pour n’en garder que l’aspect commercial. Les rencontres sportives en sont un bel exemple. La confrontation sportive est l’expression ludique de la confrontation agressive. Elle est l’occasion de rencontres qui après le combat réglementé conduit naturellement vers une plus grande fraternité entre les équipes adverses. L’intensité du jeu, l’appréciation des qualités adverses forment un véritable raccourci dans la reconnaissance de l’autre et du processus qui crée l’amitié.
   Malheureusement, aujourd’hui, on constate un effet opposé à la fonction de la compétition. Les enjeux l’emportent sur le sens du sport pollué par l’argent. Les valeurs de la morale de l’argent qui magnifie le premier aux dépens du jeu et des concurrents l’emportent sur les valeurs de la morale de la vie parce qu’elle sont oubliées dans l’éducation.
  Ainsi, les jeux olympiques qui sont un grandiose rituel d’intégration mondial sont devenus un enjeu financier et politique avant d’être un rituel de fraternité.
   La désagrégation du tissu social a de nombreuses causes. Mais l’absence de rituel aux différents ages de l’individu et entre les diverses communautés sociales culturelles et religieuses est certainement l’un des piliers manquants qui explique la désintégration sociale. En France, le succès des manifestations de masse exprime de façon aiguë la perte d’identité et de référence des différents acteurs de la vie économique et sociale. Cette déficience sociale s’exprime par des rituels de masse spontanés compensatoires. Ces manifestants pourraient à l’instar d’autres pays obtenir satisfaction par la discussion sans forcément s’adonner à ces rituels empiriques qui toutefois il faut le reconnaître font baisser la pression. Mais ces rituels plus ou moins spontanés du fait de leur faible efficacité ne remplaceront jamais les rituels maîtrisés qui font cruellement défaut.
   L’explication du rituel a sa place dans le contenu de l’enseignement et sa pratique, dans l’éducation.
Le rituel laïque qui respecte les valeur de la morale de la vie est un outil pédagogique complexe mais efficace.
   Il structure la vie autour des valeurs qui préservent l’individu et la société.
  Il est un objectif exaltant qui à chaque étape de la vie fait accéder à une plus grande liberté et à la responsabilité qui en découle.
  Il déculpabilise en permettant de vivre pleinement les expériences propres au niveau de l’initié.
  Il est sécurisant car il confirme régulièrement la reconnaissance de la progression de l’individu dans le groupe.
  Il situe l’individu dans la société ce qui permet des échanges au cours desquels l’autorité et la responsabilité de chacun est mieux définie.
  Il canalise le désir d’émancipation des jeunes qui n’ont plus à l’exprimer dans des mouvements de masse spontanés et incontrôlables.
   Il est l’occasion de fêtes conviviales.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article